Nouvelles Récentes

Top Infos
  • MALI • COMPLOT : Le Président de la Transition dévoile, lors de la 14ème session du CSA (Conseil supérieur de l'Agriculture), un complot déjoué contre la stabilité du Mali.
  • MALI : DÉCÈS DU GÉNÉRAL DE POLICE HILDEBERT TRAORÉ. L'INHUMATION A EU LIEU CE LUNDI 29 AVRIL 2024.
  • CINÉMA : LE PRIX DU "CAROSSE D'OR" DÉCERNÉ AU CINÉASTE MALIEN SOULEYMANE CISSÉ A ÉTÉ DÉCLARÉ VOLÉ À SON DOMICILE (Déclaration de perte)
  • BLANCHISSEMENT DES CAPITAUX : TROIS BANQUES DE L'UEMOA SANCTIONNÉES.

BURKINA FASO : « NOTRE CONSTITUTION ACTUELLE EST UNE COPIE DE LA CONSTITUTION FRANÇAISE » dixit Le PREMIER MINISTRE.

Le Premier ministre, Dr Apollinaire Joachimson Kyélèm de Tambèla, a accordé, ce vendredi 1ᵉʳ septembre 2023, à Banfora, une audience aux autorités coutumières et religieuses, ainsi qu’à une délégation des dozos de la région des Cascades. Il a saisi cette occasion pour leur expliquer la vision de la conduite de la Transition et les actions entreprises pour y arriver. 

Lors de cette rencontre, le Premier ministre, Dr Apollinaire Joachimson Kyélèm de Tambèla, a fait savoir que l’une des ambitions du Gouvernement porte sur le développement du rural, car il est convaincu que « le développement de notre pays repose sur l’agriculture.

« La région des Cascades est l’une des régions productrices de l’anacarde. C’est un secteur qui emploie beaucoup. Notre ambition est de faire du Burkina Faso un grand producteur d’anacarde « , a-t-il exprimé.

Selon lui, cette volonté de miser sur l’agriculture se ressent à travers l’adoption de l’Initiative présidentielle pour la production agricole 2023-2024, qui a pour finalité d’assurer l’autosuffisance alimentaire.

Un autre sujet au centre des échanges entre le Chef du Gouvernement et ses hôtes a porté sur la sécurité, qu’il a qualifié de « priorité des priorités ». Après avoir énuméré les actions entreprises pour la reconquête de notre territoire, il a insisté sur le fait que les leaders coutumiers et religieux ont un rôle fondamental à jouer dans le cadre de la lutte contre le terrorisme.

« Le manque de biens matériels n’est pas la seule explication au fait que certaines personnes aient pris les armes contre leur propre pays. Il y a l’absence de spiritualité et de plénitude en soi qui sont à prendre en compte. C’est en cela que j’engage les religieux. Les coutumiers ont aussi un rôle à jouer, à travers la restitution de la dignité, et la volonté d’être soi-même. C’est vous les faiseurs d’opinion. C’est vous qui montrez la voie et les gens suivent. Ce qui nous arrive aujourd’hui est en partie lié à la faillite des leaders coutumiers et religieux. C’est notre responsabilité à tous, pour que la société burkinabè de demain soit meilleure« , a-t-il rappelé.

En ce qui concerne le système éducatif, le Premier ministre a révélé que l’ambition de la Transition est de faire que les établissements scolaires ne soient pas seulement des lieux d’apprentissage, mais des lieux d’éducation.

De ce fait, il a souligné que des réformes sont envisagées, avec la relecture des curricula, par l’introduction de l’éducation à la morale et à la citoyenneté. Une autre réforme envisagée par le Gouvernement, à son avis, est l’adoption d’une nouvelle Constitution.

« Notre Constitution actuelle est une copie de la Constitution française. Elle reflète plutôt la société française, alors que nous n’avons pas les mêmes histoire et culture. Nous voulons amener le débat à la base et nos populations vont nous dire ce qu’elles veulent. Nous allons donc recueillir leurs propositions et orientations. Notre Constitution doit refléter notre culture et nos réalités », a-t-il soutenu.

Pour cela, il a sollicité l’accompagnement des religieux et coutumiers pour la mise en œuvre de ce projet. « Si vous ne nous soutenez pas, on sera toujours dans le mimétisme. C’est un combat pour notre identité. Il vous faut véhiculer ce message à la base pour que les gens comprennent le sens de notre action », a-t-il ajouté.

Il a également fait cas de la volonté d’instituer les Comités de veille et de développement (COVED), dans chaque grande ville et dans chaque village de notre pays, avec pour missions de mener des actions dans plusieurs domaines, dont la sécurité, l’assainissement, etc. En retour, les chefs coutumiers et religieux de la région des Cascades ont marqué leur soutien aux actions entreprises par le Gouvernement.

« Nous félicitons le Gouvernement pour les actions déjà prises. Nous sommes disposés à apporter notre contribution pour la bonne marche de la nation », a promis le président du Conseil régional des chefs coutumiers et traditionnels des Cascades, Sa Majesté Maouran.

Par la suite, ils ont formulé des prières et des bénédictions pour la bonne marche de la Transition. Quant aux dozos de la région des Cascades, ils ont sollicité leur dotation en armes et munitions, ainsi qu’en moyens de déplacement, dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. Des doléances qui ont reçu une oreille attentive, car le Premier ministre a promis de les examiner, et de les satisfaire dans la limite des moyens disponibles.

Source : Primature