Nouvelles Récentes

Top Infos
  • Lutte contre le terrorisme : Une délégation algérienne séjourne à Bamako.
  • Le président du #Sénégal 🇸🇳, Bassirou Diomaye Faye, est en visite officielle en Côte d’Ivoire
  • CINÉMA : LE PRIX DU "CAROSSE D'OR" DÉCERNÉ AU CINÉASTE MALIEN SOULEYMANE CISSÉ A ÉTÉ DÉCLARÉ VOLÉ À SON DOMICILE (Déclaration de perte)
  • BLANCHISSEMENT DES CAPITAUX : TROIS BANQUES DE L'UEMOA SANCTIONNÉES.

2ème SENARE :: CONFÉRENCE DES JEUNES : « La jeunesse pour relever les défis du vivre ensemble et d’un Mali réconcilié ».


La prévention et la résolution des conflits sont plus durables lorsque la participation des jeunes est effective et inclusive. Son rôle est important dans tout processus de la stabilisation, et d’intégration sociales dans un pays. L’inclusion entière de la jeunesse dans la mise en œuvre des actions de consolidation de la paix ou de l’entente sociale est primordiale.
Considérés comme les pionniers du changement, leur contribution dans l’édification d’une communauté pacifique doit être sollicitée et soutenue.
C’est dans cette vision que dans les activités programmées de cette deuxième édition de la Semaine Nationale de la Réconciliation (SENARE), la conférence des Jeunes s’est tenue à la cité universitaire de Kabala avec la participation effective des professeurs, doyens des facultés, étudiants, et représentants des autorités notamment le secrétaire général du ministère de la Réconciliation, de la Paix et de la Cohésion nationale, M. Sidy Camara, son homologue du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Dr Amadou Ouane, le Pr Idrissa Soiba Traoré, recteur de l’USLSHB et plusieurs autres personnalités ont échangé sur le thème du jour : « LES JEUNES, ACTEURS DU CHANGEMENT POUR UNE PAIX DURABLE ».
L’objectif recherché étant de sensibiliser, susciter une forte mobilisation des citoyens principalement des jeunes, pour restaurer le vivre ensemble et la cohésion nationale.


Après les mots de bienvenue du Pr Idrissa Soiba Traoré, le Dr Amadou Ouane eu le privilège de declarer : « cette conférence ouverte » en sa qualité de Secrétaire général et représentant du ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique.
L’intégration des jeunes dans la réconciliation au Mali est indispensable en tant que partenaire privilégié du renforcement de la solidarité et de la cohésion entre les peuples. Elle assure le développement et occupe une place de choix dans le maintien de la paix et de la sécurité au Mali.
Mahamane Kaya, pour sa part, affirme que « la jeunesse est la clé d’un changement et d’un développement durables. Selon lui « elle a le pourvoir de changer certaines choses dans la société ». Mais pour cela elle « doit avoir l’amour du Mali pour jouer un bon rôle dans la consolidation de la paix… Pour accomplir leur devoir pour ce pays, notre jeunesse doit s’éloigner de tout ce qui peut l’empêcher d’aider le pays à sortir de l’état dans lequel il se trouve aujourd’hui ».
La jeunesse regorge plus de la moitié du taux de chômage, cela affecte négativement leur statut social et peut conduire à de nombreux vices en société, comme la criminalité, la perte du lien social ou du repère culturel, la délinquance ou encore le terrorisme.
Pour Bassirou Bouaré, l’Etat devrait créer des infrastructures pour réduire le chômage « pour ne pas que la jeunesse soit acteur du terrorisme » et propose aux pouvoir publics de mettre un accent sur la formation et l’entreprenariat des jeunes » avec des modèles économiques fiables, adaptés et soutenus par l’État.

Malibook.net | La Rédaction