Nouvelles Récentes

Top Infos
  • Urgent : Neutralisation du chef terroriste Ali Sekou et de ses complices près de Laounia par les forces armées maliennes dans la zone de Youwarou
  • MALI : Les FAMA se dotent d'une Force d'intervention rapide au sein des Forces armées et de sécurité (FIRA) • source : décret
  • Mali : Le gouvernement dissout la Coordination des Organisations de l’Appel du 20 février 2023 pour sauver le Mali
  • Burkina : trois diplomates français expulsés pour "activités subversives"

Burkina

Burkina : Le pillage des ressources du pays n’a pas permis d’acquérir du matériel de guerre, président

Le chef de l’Etat burkinabè, le capitaine Ibrahim Traoré, a indiqué mardi, que le pillage des ressources du pays, n’a pas permis d’acquérir à temps du matériel de guerre contre les terroristes.
« Nos pays ne sont pas pauvres il y a eu la mal gouvernance il y a le vol le pillage de nos ressources c’est ça c’est ça qu’il s’agit », a confié mardi le président Ibrahim Traoré, dans une interview accordée mardi au journaliste Alain Foka.
Il a notamment dénoncé la corruption électorale et ces politiciens qui pillent les ressources publiques pour rembourser des subventions.
Pour lui, le Fond de soutien patriotique sert en grande majorité à équiper l’Armée et aussi à entretenir les Volontaires pour la défense de la patrie (VDP).
Tous ces moyens qu’on est en train d’acquérir c’est la (bonne) gouvernance. Il y a des ressources, on a des potentialités. Dans tous les départements ou secteurs ministériels, chacun fait de son mieux pour rationaliser », a-t-il soutenu.
Il a précisé que l’Etat burkinabè a ramené la subvention des produits pétroliers de 500 milliards FCFA en 2022 à 100 milliards de FCFA en 2023.
« On était libre nous aussi lorsque les gens font leurs propositions de dire à la SONABHY de faire une proposition et les ristournes on part ouvrir nos comptes offshores et on met dedans », a expliqué le capitaine Traoré.
Le président de la Transition Burkinabè a rassuré que « On n’a pas de compte donc tout est orienté vers la guerre. Ces économies ce sont les équipements ».
Le capitaine Ibrahim Traoré a dénoncé le haut niveau de surfacturation des hommes politiques pendant la période électorale, et la corruption acceptent des financements et une fois élus, ils pillent les ressources pour rembourser.
Source : Agence d’information du Burkina